De retour en contrée Normande !

Ce dimanche 19 octobre, nous retournions en Normandie, pour cette fois en découdre avec l’équipe d’Evreux. Une très belle journée est annoncée, c’est sous le soleil que nous allons chausser nos crampons.

A l’échauffement, nous tentons de nous mettre vite dans le match, mais nous ne sommes pas aidées par la chaleur et surtout les quelques heures de bus : les corps ont du mal à se mobiliser.

Qu’à cela ne tienne, nous espérons bien trouver les ressources pour montrer ce dont nous sommes capables et faire oublier le score difficile du dernier match. Pourtant, nous ne sommes pas vraiment dans les conditions idéales : notre capitaine habituelle est en rémission, l’arrivée récente de nouvelles joueuses et l’absence d’autres obligent à concilier avec pas mal de nouveauté au niveau de l’organisation de la ligne.

D’entrée de jeu, nous subissons les attaques des Ebroïciennes (si, si, vérifié, un peu de culture générale ne fait pas de mal !) mais pendant le premier ¼ d’heure, notre défense est impitoyable et rien ne passe. A la 18e minute, sur un ballon porté dans un maul, Evreux parvient à aplatir le premier essai, qui ne sera pas transformé : 5-0.

A la 23e, l’équipe d’Evreux est pénalisée par un carton jaune pour un mauvais geste de leur N°13 (par ailleurs auteure de 3 essais durant le match, les points/poings seraient-ils sa spécialité?), malheureusement nous n’avons pas su tirer parti de cette supériorité numérique.

Nous ne baissons pas les bras pour autant. Notre solidarité, qui fait notre force, nous permettra de tenir jusqu’à la mi-temps sans encaisser d’autre essai. Cependant, nous passons beaucoup trop de temps près de notre ligne d’en-but (voire sur notre ligne !) et il faudra se créer en 2e mi-temps les occasions que nous n’avons pas eues pour se sortir de là. Globalement, les mêlées et les touches ont été assez équilibrées.

La deuxième mi-temps est sensiblement identique à la première du point de vue de la domination : nous ne parvenons pas à prendre le dessus et ne faisons quasiment que défendre.

A la 45e, les Ebroïciennes enfoncent le clou avec un second essai, qui ne sera pas transformé non plus. A la 58e minute, Evreux bénéficie d’une pénalité alors que nous défendons encore sur notre ligne. La pénalité est jouée rapidement et Evreux inscrit le 3e essai du match… pourtant, l’arbitre reconnaîtra par la suite qu’il aurait du, comme le stipule le règlement, faire jouer cette pénalité à 5m et non à 1m de la ligne… L’essai est transformé, ce qui amène le score à 17-0.

Malgré notre envie, la fatigue se fait sentir et nous encaissons coup sur coup deux essais. A la 63e, suite à de nombreux sauvetages des z’abeilles pour éviter à ce ballon de toucher l’herbe de leur en-but, un énième pilonnage aura raison de notre ténacité (essai transformé). Puis, à la 65e, sur un contre assassin, le ballon atterrit malencontreusement dans les mains de la joueuse la plus rapide de l’équipe d’Evreux, qui profite de la désorganisation défensive pour aller aplatir après un sprint de 70m. L’essai ne sera pas transformé et ce sera le dernier essai du match : 15 minutes plus tard, l’arbitre siffle la fin du match sur le score sans appel de 29-0.

Nous sortons de ce match avec un bilan mitigé : encore une fois, nous n’avons rien lâché et avons fait preuve d’une belle solidarité jusqu’à la fin de ce match, même en situation difficile. Cependant, nous n’avons pas trouvé les solutions pour contrer nos adversaires et mettre en place notre organisation offensive.

Nous accumulons les défaites en ce début d’année, ce qui n’est pas très surprenant compte-tenu de notre passage à un niveau supérieur et à l’arrivée de nombreuses nouvelles joueuses.

Il nous faudra trouver les moyens de franchir cette nouvelle étape. Pour ça, deux principaux axes : la persévérance des efforts à l’entraînement et le maintien de notre esprit collectif.

Et pour ce qui est de l’esprit collectif, on y a travaillé dès notre retour, dans le bus ! Au menu : Gin Fizz (merci Eric !), bière, saucisson, bonbons, musique, danse, chant… et j’en passe ! Pour le plus grand bonheur de David, notre chauffeur du jour !

Merci aux coachs, à Eric, à Cécile (notre soigneuse officielle!), aux quelques supporters marquettois, ainsi qu’à l’équipe d’Evreux grâce à laquelle cette rencontre s’est bien déroulée. Le buffet de 3e mi-temps était copieux (les adeptes de l’andouille s’en rappellent encore!)… il manquait juste un peu de liquide parce que bon, l’eau, ça fait rouiller quand même !

Prochain RDV : dimanche 26 octobre à domicile, contre Amiens ; à 15h, stade du Haut Touquet à Marquette Lez Lille.