Archives pour la catégorie ZABEILLES

rugby du LORC marquette lez lille

Les z’abeilles aussi !

La ruche est également de retour sur le pré ! Au menu : physique, ballon, physique, rigolade, physique, jeu, physique, bonne humeur…

Avec Simon à la tête de tout ce petit monde, et plein de nouvelles recrues venues compléter l’essaim qui avait perdu quelques combattantes, les Z’abeilles du LORC sont prêtes à attaquer cette nouvelle saison.

Le temps de former tout ce petit monde, de recréer un groupe solide et un effectif suffisant pour évoluer en championnat dans de bonnes conditions, la saison 2017-2018 se passera en rugby à VII. Plusieurs matchs amicaux à XV seront organisés avec pour objectif un retour dans la compétition à XV l’année prochaine…

Ceci dit, les objectifs ne sont pas revus à la baisse pour autant, puisque c’est le haut de tableau et les championnats de France que Simon et son équipe féminine visent cette saison !

Donc… si tu as entre 18 et 77 ans, que tu ne sais pas quoi faire de tes mardis et jeudis soirs, que tu as envie de te dépenser, de te dépasser, de découvrir ou redécouvrir les plaisirs du rugby (sur le terrain… mais aussi ailleurs ! Les z’abs sont partout !!!), tu es la bienvenue ! Tous les niveaux sont acceptés, seule la bonne humeur et la motivation sont des critères de sélection ! 😉

A bientôt donc !

Un dimanche riche en émotions

 

8h30 : Fatigue
Le réveil sonne ce dimanche 16 avril, il faut se lever car aujourd’hui c’est notre dernier déplacement mais surtout notre dernier match de la saison. Encore endormie, je prends mes affaires et direction Marquette pour prendre le bus avec les copines.

9h30 : Soulagement
Dix-sept filles dans le bus prêtent à en découdre, tout le monde est venu, pas de mauvaise surprise de dernière minute, mais plutôt une bonne une joueuse a pu se libérer à la dernière minute. Trois remplaçantes sur le banc de touche, quel luxe !

10h00 : Quiétude
Le trajet est long pour aller jusqu’à Evreux. Tout le monde dort dans le bus. Je rêve que je marque l’essai de la victoire, mais cela ne restera qu’un rêve.

12H30 : Impatience
Nous ne sommes toujours pas arrivées, le temps commence à paraître long, je suis impatiente d’arriver et de chausser les crampons. Chacune essaie de s’occuper comme elle peut. Certaines jouent aux cartes, d’autres se font des tresses ou se remémorent leurs péripéties lors de leur dernière soirée.

13H45 : Effervescence
Nous arrivons enfin. Direction le vestiaire, il ne va pas falloir traîner. Je commence à me préparer, brassière, sous-short, protec, short, chaussettes… Ouf je n’ai rien oublié, mais tout le monde ne peux pas en dire autant. A ma droite, on recherche des chaussettes, à ma gauche, on n’a pas de sous-short, d’autres sont dépités parce qu’elles ont oublié leur culotte de match porte bonheur : celle qui fait gagner et qui ne rentre pas trop dans les fesses.

14h10 : Détermination
Distribution des maillots, le silence s’installe peu à peu dans le vestiaire. C’est au capitaine de prendre la parole, ces mots me donnent la chair de poule. Aujourd’hui dernier match de la saison, dernier match avec cette équipe et dernier match de leur carrière pour certaines filles.
J’ai le cœur serré, les larmes me montent, mais ce sont des larmes de rage, je ne veux pas décevoir mes coéquipières aujourd’hui. Je veux que nous finissions la saison en beauté, il va falloir tout donner.

 

15h00 : Tension
L’arbitre siffle le coup d’envoi, comme à chaque début de match, je sens le stresse qui monte en moi, j’attends le premier plaquage celui qui me fait tout oublier et me donne envie de me jeter à corps perdu dans la bataille.
Les premières minutes sont difficiles, les ébroicïennes sont dans notre camp, on résiste et on enchaîne plaquages sur plaquages. L’entame de match est difficile, je suis déjà presque oxy et ça fait à peine 15 minutes que nous jouons. Mais nos efforts de début de match payent et nous récupérons la possession.

 

15h20 : Une joie de courte durée
Temps fort pour les Zabeilles, nous approchons dangereusement de la ligne adverse. Nous patientons, nous formons des blocs d’avants et à force de faire travailler notre ligne nous réussissons à percer et à aplatir derrière l’en-but.

On est folle de joie mais soudain je me rends compte que je n’ai pas entendu de coup de sifflet. Une ébroicïenne aurait glissé sa main sous le ballon. L’arbitre ne valide pas l’essai.

 

15h40 : Désarroi
C’est la mi-temps. Après notre essai non accordé, il y a eu un relâchement général, nous avons encaissé trois essais. On ne peut pas finir la saison comme ça, il faut se remotiver et retourner au combat. Le coach et le capitaine essaient de trouver des mots forts pour nous redonner de la hargne.

 

16h00 : Incompréhension
Malgré, le discours et les directives de la mi-temps, nous n’avons pas réussi à reprendre le dessus et encaissons deux essais de plus.
Nous ne comprenons pas, nous n’arrivons pas à poser notre jeu, nous essayons de trouver ce qui ne va pas, quel changement pourrions-nous faire pour réussir à percer la ligne adverse.
Mais pas le temps de réfléchir à tout ça, il faut se concentrer et faire avec les moyens du jours.

 

16h10 : Orgueil
Malgré le score adverse élevé, certaines d’entre nous font preuve d’un dernier sursaut d’orgueil et permettent à l’équipe de marquer deux essais, aplatis respectivement par Marilou et MC.
Quelle fierté de jouer dans une équipe où l’on se bat jusqu’au bout.

 

16h20 : Déception
L’arbitre siffle la fin du match, en dépit de nos efforts de fin de match le score reste assez tranché : 34-14.
Je sens une grande déception au sein de l’équipe mais il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui nos adversaires se battaient pour une qualification pour les phases finales. Bravo à elle.

 

16h25 : Séquence émotion
Pour conclure la saison, petit discours très touchant de la part d’Odette, nous remerciant pour cette saison et souhaitant plein de bonnes choses aux filles qui vont nous quitter.
Les larmes de déception laissent place à des larmes remplies de nostalgie, des bons moments qu’on n’a pu passer ensemble cette saison et les précédentes.

 

17h30 : Le calme avant la tempête
Toutes propres et le ventre rempli, direction le bus. Il va falloir patienter encore un peu d’être sorti de la ville pour pouvoir déguster le mojito et le sexe on the beach ( Merci à Eric, Chamallow et Marilou pour ces breuvages)

 

18h30 : Bonheur et décontraction
Musique à fond, verres pleins, chips trempées dans le guacamole, on est au top !
Tout ces sourires dans le bus font plaisir à voir! Il y a une ambiance de folie dans le bus. Pour leur dernier déplacement, les Zabeilles sont déchaînées !
Petit bizutage des supportrices footballeuses. Quelque chose me dit qu’elles n’oublierons pas ce déplacement. Mais, nous n’en dirons pas plus 😉

 

23h00 : Y a trop de love
Direction le Scot pour finir la soirée et cette fin de soirée sera sous le signe de l’amour.
Petite annonce de fiançailles, nous leurs souhaitons plein de bonheur.

 

Merci aux filles qui se sont données encore une fois sur le terrain aujourd’hui

Merci à la soigneuse ( et à toutes celles qui on occupé ce poste cette saison)

Merci aux blessées et aux supportrices

Merci à Didou, notre super chauffeur

Merci aux coachs et à l’équipe dirigeante

Merci au LORC et aux volontaires qui font tourner ce club

Merci à tous pour cette saison et bon vent aux Z’abeilles qui vont prendre une autre direction l’année prochaine <3

Dernier match à domicile : une belle défaite

Samedi 2 avril, 9h30, le réveil sonne. Il faut se lever pour aller affronter Soisy-Montmorency. Ce matin, c’est difficile. Aveuglée par un soleil très lumineux et très chaud qui se lève paisiblement, j’ai la tête dans un étau mais le corps prêt au combat. Mais bon, je me dis qu’au moins, on ne sera pas pleines de boue après le match mais pleines de coups de soleil.

On joue encore une équipe haute dans le classement. Je me demande si elles ont changé leur plan de jeu depuis le dernier match. Font-elles vivre et virevolter le ballon à toute vitesse ? Sont-elles techniciennes, puissantes ou sprinteuses ?! Un match difficile arrive, c’est le dernier match à domicile de la saison voire le dernier de leur carrière rugbystique pour certaines… Je sais que je dois rester moi-même et prendre le dessus sur le contexte. C’est peut-être ça, le manque d’expérience. Pendant que l’on mange toutes ensembles au club, je suis perdue entre toutes ces pensées. Après tout, on a le mental et on l’a déjà prouvé. Il s’y passe beaucoup de chose et en même temps rien à la fois, je n’y suis pas. Besoin de voir les filles pour me mettre dans mon match. Non, ce ne sera pas « un jour sans », on n’est pas comme ça nous les zabeilles.

Je vois bien que je ne suis pas la seule qui ait le regard perdu vers l’horizon et ça a quelque chose de rassurant. Mais on va s’y mettre, toutes ensembles. Petit Molky entre copines pour se déstresser avant de rentrer dans le match. A 12H30 on rentre dans les vestiaires ; je prends doucement la mesure du match du jour. On se prépare dans le calme, l’ambiance est presque lourde. Le calme avant la tempête ? Peut-être bien. Ça sent l’arnica à plein nez. J’ai parfois l’impression d’être dans un vestiaire de boxe avant un combat. En fin de compte nous aussi on va au combat, mais toutes ensembles, c’est ça la beauté de notre sport. Notre capitaine galvanise ses troupes par un discours dont elle a le secret,je sors doucement de mon pseudo coma.

Vers 13h00, on part à l’échauffement. Les ballons m’échappent, je ne trouve pas mes appuis, je suis lente et gauche, à la recherche de bonnes sensations. Petits exercices d’affrontement pour finir l’échauffement. Numéros pairs à gauche et impairs à droite et on se rentre dedans. Tous ces contacts me font sortir de moi, je suis prête pour l’affrontement

13h28 : A 2 minutes du Coup d’envoi. J’observe nos adversaires, elles nous offrent une jolie panoplie de gabarits. Il va falloir être sur tous les fronts. Lors de cette première mi-temps, nous ne sommes pas totalement dans notre match, nous avons trouvé une équipe qui comme nous aime jouer avec ses avants et qui prend le dessus lors de mauls. Nous nous retrouvons contrées dans notre spécialité. Fin de première mi-temps 12-0

Au fond de moi, je bouillonne : elles ne sont pas imprenables. On a les armes pour lutter à n’en pas douter. Je vois les z’abeilles qui, assommées, perdent leur sang froid. Réveillez-vous les filles !’On peut le faire, il faut se battre sur chaque plaquage. On va y retourner avec plus de mordant et on va montrer à tout le monde y compris à nous-même qui on est. Notre coach et notre capitaine nous parlent, ils nous motivent. Il faut réveiller les guerrières qui sommeillent en nous.

L’équipe se remet dans son match. Les filles plaquent, plaquent, et replaquent. On ne lâche rien, on y va. Aussitôt un genou à terre, on se relève pour replaquer. Voilà ! C’est ça l’esprit d’équipe, c’est ça qu’on cherche dans le rugby. Ca y est, on a repris nos esprits, on a retrouvé nos qualités, allez les zabeilles ! Nos efforts payent, ce qui permet à Marilou d’aller aplatir derrière la ligne d’essais.
Essai transformé 12 -7

On continue à se battre mais au bout du compte, victoire de Soisy-Montmorency 17 -7. C’est toujours dur de perdre, forcément surtout à domicile. Mais on a montré malgré tout qu’on ne lâchait rien et qu’on avait bien progressé depuis le match aller. On a traversé une première mi-temps compliquée, tant pis, ça fait partie du sport. On a montré qu’on avait un mental et un cœur « gros comme ça ». 4

Faire preuve d’abnégation, se soutenir, et faire la fête après le match, c’est ça être une abeille !

1) Arriver 2) Bagarrer 3) Chanter !

Ce dimanche 21 février, la ruche se déplaçait en terres clermontoises, n’en déplaise à Eric, pour le match retour contre l’entente ABC (Amiens-Beauvais-Clermont).

Le score du match aller n’étant toujours pas digéré (33-0 contre nous), nous avions envie d’en découdre et surtout de montrer ce dont nous étions capables. Nous n’avions rien à perdre, tout à y gagner. La détermination se lisait dans tous les regards avant le coup d’envoi, donné par Alison.

Les petites z’abeilles se mettent en confiance dès les premières secondes avec une belle entame de match : une défense bien organisée et des plaquages agressifs.

Bien que l’équipe adverse nous impose un rythme de jeu rapide, nous arrivons à avancer sur des mauls bien organisés et parvenons à aller jouer chez elles. Mais dès qu’elles remettent la main sur le ballon, les Amiénoises sont plus dangereuses : elles ouvrent le score à la 20ème minute par un essai non transformé (5-0).

Dix minutes plus tard, un plaquage à retardement dans notre camp nous vaut une pénalité que la botteuse passe entre les poteaux (8-0).

Juste avant la pause, sur une erreur de placement de notre troisième rideau dans nos 40 mètres, nous laissons échapper le ballon et la 14 adverse nous prend de vitesse et va aplatir. Cet essai est transformé (15-0).

Malgré l’écart au score qui grandit, nous avons toujours cette envie d’aller au combat et nous sommes portées par les supportrices (blessées ou anciennes joueuses) venues en nombre donner de la voix sur le bord du terrain. Certaines se sont donné du mal pour nous encourager et nous galvaniser ! Mais, telle la recette de la potion magique des Gaulois, les mots qui nous poussent à nous surpasser ne peuvent être révélés ici.

Revenons au match. A la 50ème minute, les Picardes nous débordent sur l’extérieur grâce à leur arrière qui s’intègre toujours dans la ligne de ¾ et leur permet de marquer l’essai du bonus offensif (20-0).

Pendant les trente dernières minutes, nous avons bien résisté et avons réussi à construire notre jeu. Malheureusement, nous n’avons pas su concrétiser sur les temps forts, malgré l’occupation de leur terrain 75% du match, et l’arbitre nous renvoie aux vestiaires sur le score de 20 à 0.

Déçues de ne pas avoir marqué de points, nous sommes néanmoins fières de ne pas avoir baissé les bras. Nous avons montré énormément d’envie, et une très bonne défense malgré de petites erreurs qui nous coûtent la défaite. Nous savons ce que nous avons à travailler et nous nous y emploierons dès notre retour à Marquette.

Mais en attendant, place à la 3ème mi-temps, la dernière dans le bus pour cette saison. Et on commence les festivités par l’élection de la boulette d’or ! Pour cette première édition, les nominées sont : Natacha pour ses envolées lyriques sur le bord du terrain, Lulu pour ses acrobaties en sortie de douche, Cécile pour un léger manque de concentration en tant que juge de touche et Marion pour un en-avant qu’elle a tenté de dissimuler sous un maul ayant déjà parcouru au-moins 40 mètres. Et c’est cette dernière qui remporte le titre ! Nous la félicitons et le remercions une nouvelle fois pour avoir fait la route depuis Angers pour nous prêter main forte.

Prochain rendez-vous le dimanche 28 février, 15h, à Marquette cette fois, où nous recevrons Evreux pour prendre notre revanche de ce match aller en effectif incomplet !

SCUF-LORC : Jusqu’au bout

2 semaines et 3 séances d’entraînements, soit peu de temps pour constituer un groupe pour ce 1ier déplacement parisien.

Un nombre déjà impressionnant de blessées oblige le staff technique de prendre le pari de titulariser quelques nouvelles Z’Abeilles à des postes clés dans l’équipe.

Des attitudes, des capacités ont été décelées aux dernières séances et cela nous permet de constituer  une équipe qui « a de la gueule ».

C’est avec le minimum requis que nous nous dirigeons vers le SCUF !!!

La confiance se confirme en croisant quelques regards et dans les échanges sur le plan de jeu du jour.

14h15, l’échauffement débute et les divers ateliers s’enchaînent dans un rythme soutenu,
La pression monte !!!!

Elles sont prêtes à en découdre……

Les parisiennes engagent la partie et occupent notre camp. Les séquences sont longues avec de multiples temps de jeu ce qui obligent nos Z’Abeilles de mettre en place une défense collective pleine d’abnégation.

Malgré une domination des locales, la première satisfaction vient de l’agressivité de nos joueuses dans la montée défensive et dans les multiples duels.

Beaucoup de plaquages réussis demandent aux parisiennes de s’investir en nombre dans les rucks,

Premier point positif !!!!

Les phases de conquêtes furent équilibrées, malgré 4 débutantes parmi les avants,

Deuxième point positif !!!!

La prise de risque demandée par les entraîneurs fut observée autant dans le jeu offensif que défensif,

Troisième point positif !!!!

La première mi-temps est physiquement intense, des remplacements tactiques s’opèrent.

« Je m’éclate, quel plaisir de jouer dans ce groupe, je veux y retourner !!! » dixit Chamallow très essoufflée….

Voilà des propos que l’on aime entendre et qui confirme notre ressenti vis à vis du jeu proposé,

Nouvelle satisfaction !!!!

C’est la mi-temps, 5minutes mises à profit pour la récupération et la mise en place de nouvelles consignes pour les choix de jeu.
Une deuxième partie très équilibrée, avec encore plus de prises de risques plus ou moins productifs, voit nos D’Abeilles occuper le camp adverse beaucoup plus fréquemment.

Encore une satisfaction !!!!

Ce jeu en avançant met à la faute les parisiennes et plusieurs pénal-touches sont jouées et gagnées proprement, ce qui amènera nos premiers points.
Cet essai vient récompenser toute cette débauche d’énergie, bien canalisée !!

Énorme satisfaction !!!!

Les choix de jeu sont variés et proposés intelligemment

La deuxième mi-temps, très équilibrée, et le résultat de la ténacité des Z’Abeilles.

Les adversaires du jour, leurs coachs et quelques observateurs nous ont fait part de leurs encouragements et ont souligné vos belles attitudes de guerrières.

Enième satisfaction !!!!

Continuez dans ce sens.

Le coach.

LORC-NANTERRE

Match de rugby féminin n°4: LORC vs Nanterre.
Thème de séance: Evaluation certificative
Objectif pour les joueuses gagner la rencontre. (ne pas encaisser d’essai , on est à la maison il ne faut pas déconner quand même)
Objectif pour les entraîneurs Que le joueuses réussisent à mettre en place les combinaisons travaillées à l’entraînement

​​

Situation: Echauffement
But pour l’enseignant: Révision rapide des combinaisons, que les joueuses se mettent dans le match, pas de ballons qui tombent Règles de fonctionnement :

Premier temps passe autour du carré marcou, échauffement articulaire en binôme (un pousse et l’autre résiste), révision des lancements de jeu touche et mêlée.

But pour la joueuse: Se mettre dedans, trouver son second souffle (ou déjà le premier c’est pas mal…)
Dispositif :

carré marcou, sac de percu, plots, zone de jeu allant de la ligne de ballon mort à la ligne d’essai.

Critère de réussite :

avoir envie de découper de la parisienne, être chaude.

Situation: 1ière mi temps des Z’Abeilles!
But pour l’enseignant: Règles de fonctionnement : Il paraît qu’il faut prendre un ballon et se le passer en arrière…

Synopsis:

S’aligner le long de la touche et attendre que les jeunes demoiselles rayées en bleu et blanc sortent du vestiaire…

Coup de sifflet, rentrer sur le terrain, la danse commence:

Camper dans le camp adverse durant plus de 10 minutes sans succès (en-avant, sortie de touche) puis subir un  lancement de jeu adverse qui transverse la première ligne de défense et file planter le premier essai. Malgré le beau temps: douche froide….

Rapidement retourner dans le camp adverse, mais buter de nouveau sur la défense une certaine fébrilité et précipitation est palpable (rassemblement, tension, frustration…). Impression désagréable de déjà vu. Arrêt du temps, taloneuse ¾ blessée… super!

Attendre la dernière minute de la mi-temps et un coup de pied adverse récupéré par la 9 le long de la touche, foncer, puis lancer le jeu en mode ¾ (enfin pas totalement) hop hop on fait des passes on écarte, on court et puis essai!

Les z’abs sont à égalité, seule la transformation peut faire la différence… Elle passe, l’arbitre siffle la mi-temps … soulagement

Rassemblement, ne pas se relâcher continuer à mettre la pression comme en cette fin de mi-temps.

But pour la joueuse: Réussir à marquer des essais dans la zone de vérité, plaquer, plaquer et ah euh oui PLAQUER!
Dispositif :

1 terrain tout beau et tout grand.

Critère de réussite :

marquer un essai sans casser les doigts de la 10 en la prenant dans ses bras après l’essai (visiblement pas réussi sur ce point).


Situation: 2eme  mi temps des Z’Abeilles!              on prend les mêmes et on recommanche!
But pour l’enseignant: Marquer des essais, ne pas s’en prendre un (ne pas mourir d’un infarctus à chaque percée adverse que 2 points d’avance…) Règles de fonctionnement : même ballon, autre sens de jeu .

Synopsis:

Coup d’envoi et le scénario se répète.

Même sentiment de frustration, camper dans le camp adverse mais ne pas concrétiser à cause d’un détail (ballon mort, en avant). Tendre le dos, seul 2 points donnent l’avantage…

La fatigue provoque des fautes de mains, mêlées, mêlées, et ah oui mêlée, mais l’occupation est toujours dans le camp adverse. Le temps est le deuxième adversaire. A chaque incursion adverse les z’abs se jettent dans les jambes, les pieds, le maillot: les adversaires ne doivent pas passer.  L’engagement est important, les filles souffrent, fatiguent, mais on tient le score, on peut le faire.

Impatience des 3 coups de sifflets.  Tension différente mais encore présente pour cette deuxième mi-temps.

Blessure du troisième ligne centre (cette fois ci c’est moi). Sur le banc l’attente est encore pire plus que 7 minutes, a chaque possession adverse le stress monte (réflexion à moi même: je ne pourrais jamais être coach!). Les filles s’envoient se donnent…

Coup de sifflet,sortir du terrain la fête commence…

On a gagné, de peu mais quand même ça fait du bien.

But pour la joueuse: ne pas s’en prendre un, un petit essai en plus ce n’est pas de refus!
Dispositif :

1 terrain un peu moins tout beau et plus  grand (jambes lourdes).

Critère de réussite :

Ne pas se prendre d’essai, chercher à gagner!

Il paraît que j’ai serré un peu trop violemment la 10 dans mes bras donc je m’occupe de la rédaction de l’article. Direction SOS main pour moi (le rugby il paraît que c’est violent) et puis comme j’aime les urgences je décide d’y retourner un peu plus tard dans la soirée le Scot ça peut être dangereux aussi…

 

Deuxième plateau à 7: Haut les coeurs!

Dimanche 27 novembre : rdv en début d’après midi sur le vieux terrain pour notre second plateau à 7. Comme la dernière fois, nous recevons Valenciennes, Roubaix et Tourcoing. En dépit des nombreuses blessures qui touchent l’équipe en ce moment, nous sommes tout de même 9 venues disputer ces trois matchs.

On commence par Valenciennes. On met en place notre jeu et malgré quelques erreurs de concentration on parvient à aller aplatir à plusieurs reprises. Il faudra tout de même être plus appliquées pour les deux matchs suivants.
En début de deuxième mi-temps, Sophie se blesse sur un plaquage : sa tête rencontre la tête d’une autre de nos joueuses venue lui prêter main forte. L’arcade sourcilière en sang, elle décolle immédiatement pour les urgences avec Natacha venue nous supporter. Nous remportons quand même ce match.

2ème match contre Roubaix. Les plaquages sont plus offensifs, les joueuses adverses ont plus de vitesse, plus d’impact. On s’accroche, c’est un match disputé. On prend des essais, on en marque aussi. A la clé, une victoire pas très large.

Entre les matchs, il commence à faire vraiment froid, la nuit commence à tomber, on se serre les unes contre les autres histoire de ne pas geler sur place.

3ème match contre Tourcoing. La fatigue se fait sentir, le volume physique des filles en face est plus important, elles sont nettement plus agressives. On s’accroche encore mais on subit leurs impacts. Cette fois, c’est elles qui gagnent le match largement.

Le temps qu’on arrive au scot pour se réchauffer, le verdit est tombé pour Sophie : fractures du nez et du plancher orbital, et un trauma crânien. Bon courage à elle et un grand merci aux quelques filles venues nous soutenir en ce froid dimanche !

Dans la peau d’une débutante

Avant propos : Au vue de la violence du match, nous ne publierons pas de photo de ce dernier à la place, vous pourrez admirer des photos d’animaux qui aiment le rugby.

Afficher l'image d'origine

Ce dimanche 20 Novembre au réveil  j’étais un peu stressée je m’apprêtais à faire mon premier match de rugby en déplacement au stade français en plus, j’imaginais déjà les tribunes de Jean Bouin remplies des dieux du stade encore huilés du shooting de leur calendrier ….

En fait j’allais très vite déchanter, des dieux du stade il n’y aura pas, on joue  le stade Français oui  mais sur leur 3éme terrain dans la bourgade de Vaucresson entre les parcours de golf et les terrains de hockey.

rugby pig... close enough to football pig! too cute. Oh it's... So cute... TT^TT COME HERE AND LET ME LOVE YOU, LITTLE ONE:

Arrivée à Marquette pour prendre le bus  re-montée de stress on est à peine 10 joueuses ….
J’apprends alors par Alison notre valeureuse capitaine qu’on prend une caravane de filles à Arras et que certaines d’entre nous ont profité de ce match pour aller respirer le bon air pollué de la capitale et nous rejoignent sur place. C’est rassurant qu’elle soit là Alison, elle va m’aider sur le terrain à ne pas faire trop de bêtises … quoi elle ne joue pas elle est sur le banc de touche (soigneuse) pas suffisamment remise de sa blessure ??? (re stress).
Il semble que tout est contre moi-même le climat, c’est alerte rouge avis de tempête, le bus tangue dans tous les sens j’ai presque le mal de mer …
Enfin la pause,  Pic Nic improvisé dans une station-service  je me suis fait un sandwich minable au pain de la veille et je lorgne un peu sur les Tupperwares de mes copines habituées, surtout sur l’appétissante salade de pâtes de Marylou qui a l’air plus douée pour les salades que pour les gâteaux.
"Hey! Let's play dodge ball.":

Eric bat le rappel c’est l’heure de repartir, on remonte toutes dans le bus-bateau j’ai un peu mal au ventre l’heure de vérité approche, atelier coiffure pour la fin du trajet : nattes tresses chignons il vaut mieux tout attacher pour jouer sereine.
Une fois sur place, après avoir un peu galéré pour trouver le bon terrain, j’arrive dans mon premier vestiaire de mon premier match…
Bof tout petit je m’attendais à mieux pour le stade français.
Captain Cara et Alison répètent les dernières consignes, les maillots sont distribués je suis remplaçante j’ai le numéro préféré de mathou le 19 de sa Corrèze natale.

Le match commence très mal, elles engagent d’un coup de pied très long qui surprend nos lignes arrières qui entrent le ballon dans l’en-but et aplatissent mêlée à 5 mètres. Sur la mêlée leur 8 surpuissante transperce notre défense.

Essais 5-0 puis 7-0 après la transformation.

Les essais s’enchaînent, c’est très compliqué!...rugby player!:

De notre coté nous avons une équipe diminuée par les nombreuses blessures; en face nous avons des filles qui s’entraînent trois fois par semaine  dont une fois avec  l’équipe première qui est en tête de l’Armelle Auclair. Tout cela complété par une séance de musculation, pas étonnant qu’elles nous fassent si mal !!

Et le score en témoigne !

Score final : 71-0 à la fin !
Glasgow Warriors v Racing 92 - European Rugby Champions Cup
Mon match ? Et bien, comment dire je suis entrée à 20 minutes de la fin, j’ai fait un en-avant sur mon premier ballon (un long coup de pied porté par le vent).
Ensuite j’ai essayé de me placer correctement aidée par mes co-équipières  et j’ai plaqué plaqué et encore plaqué pas touché beaucoup de ballon.
Je sors du terrain un peu déçue mais Eric, Odette et les copines me réconfortent : « c’est pas mal pour un premier match… j’ai été courageuse… c’était compliqué ! »
Après une bonne douche et un buffet sympa, on repart pour 3 à 4h de bus mais celles-là seront moins longue qu’à l’aller : mojito, musique, ambiance … mais il parait qu’au rugby ce qui se passe dans le bus reste dans le bus !!
Vivement le prochain match et pourvu qu’il soit moins dur !!

Une saison 2016/2017 prometteuse pour les Z’Abeilles du LORC

Abnégation – Émotion – Plaisir – Solidarité – Confiance – Convivialité – Détermination – Humilité – Unité – Respect

Voici les valeurs de nos féminines ! Si ces valeurs te font sens, que tu souhaites découvrir et pratiquer le RUGBY, que tu sois débutante ou confirmée, VIENS FAIRE L’ESSAI !

Les z’abeilles du LORC Marquettois t’accueillent à leurs entraînements qui se déroulent les mardis & jeudis de 20h à 21h30 au stade du Haut Touquet à Marquette-lez-Lille (covoiturage entre joueuses possible depuis la métropole lilloise).

La saison 2016/2017 a débuté en cette fin d’été et elle s’avère prometteuse ! Quelques changements notables:

Une Abeille présidente du LORC ! Félicitations à notre Perrine Ezelin !

Le staff s’agrandit avec l’arrivée de « Coach Gwen » ! Ainsi, notre staff est composé d’Eric Schroeder (dirigeant des z’abeilles), Olivier Deturck, dit Odette (entraîneur principal), Johan Cool (entraîneur spécifique trois-quart) et Gwenaëlle Di Stefano (entraîneur spécifique avant). Une belle équipe, je vous l’assure, qui promet des z’abeilles conquises et conquérantes !

– Les z’abeilles vont évoluer en championnat fédéral 2 suite à une remise à jour des niveaux féminins par la FFR.

Grâce à l’importante implication du staff, les entraînements sont très construits : préparation physique, ateliers techniques, jeux ludiques, matchs. De nouvelles arrivantes ont intégré le groupe qui a su et va savoir les adopter avec plaisir et motivation alors n’hésite pas à les rejoindre !

Nous souhaitons une très bonne saison de partage, d’amitié, de cohésion et de victoires à nos rugbywomen !

photo-zabeilles

Pour ceux et celles qui souhaitent suivre les z’abeilles tout au long de leur saison, le calendrier des matchs à XV !

calendrier-zab-2016-2017

Cette année, les z’abeilles ont également engagé une équipe à VII, qui pour l’instant a montré de belles performances ! Continuez comme ça !

Les informations plus détaillées sur le blog des z’abeilles : http://leszabeillesdulorc.over-blog.com/

On lève la tête, et on avance

Lundi 24 Octobre, 23h45.

J+1 après le match

L’équipe a décidé que c’était à moi que revenait l’honneur d’écrire le résumé du match du dimanche 23 Octobre contre la jolie équipe de Villeneuve d’Ascq.

Me voilà à la fois ravie et gênée car c’est un exercice qui n’est pas si facile.

Jour J

Le vestiaire :

14h15 : Nous sommes presque au complet. On se prépare. L’atmosphère est gaie et la tension palpable. Des binômes se coiffent, certaines font des blagues sur leur système digestif pour évacuer le stress qui habite leurs tripes. Une autre est folle de joie en découvrant un mot doux glissé en secret dans le sac. D’autres encore se taisent.

Notre capitaine demande le silence afin de commencer à se concentrer.

14h30 : C’est le moment de commencer à se concentrer. On écoute notre capitaine :
«Il y en a marre qu’on soit vues comme des petites z’abeilles, alors on va leur montrer qui on est et de quoi on est capables !!!! ». Les têtes sont baissées, les joueuses sont serrées, la chaleur échappée de nos corps liés enrobe nos jambes.

Notre capitaine parle avec une énergie puisée de ses entrailles.

Le terrain : 

14h35 : Le ciel est bas. Il fait froid. On s’échauffe.

Notre coach mène la danse et donne le rythme.

Carré.
Trottiner.
Pompes.
Gainage.
Plaquage.

14h58 : La dernière arrivée a juste eu le temps de mettre une chaussure et se glisse dans le cercle pour un dernier rassemblement.

« – Alors on lève la tête, on se regarde dans les yeux et on va se battre, parce qu’on n’a pas peur ! Ok ?

-OK !!!!!! »

On se regarde. Je découvre la couleur des yeux de certaines filles.

15h00 : Coup d’envoi.

Le ballon est pour nous. On le récupère. On avance de quelques mètres.

On le perd : essai. Transformé.

15h05 : Dans l’en-but.

« On n’est pas la pour faire de la figuration ».

Alors ça oui, c’est bien vrai !!!! Où est donc passée notre rage?
Alors on va leur montrer qui on est et les faire douter.
Allez, courage, on y retourne. Ce n’est qu’un essai, rien n’est joué.

15h06 : 1ère mêlée

Les premières lignes ne sentent rien derrière. La prochaine sera la bonne.

15h10 : 2ème mêlée

Les premières lignes ne sentent toujours rien derrière.
Ça plaque.
Ça vole.

15h22 : On gagne du terrain. On joue de leur côté depuis 5 minutes.

Touche ! Nos adversaires commencent peut être à s’inquiéter ?
Pas pour longtemps : on perd le ballon. Elles percent : essai. Transformé.

« Plaquez bordel !!!! On a une seule chose à faire : P.L.A.Q.U.E.R ».

15h29 : On continue, on ne lâche rien.

Mêlée : toujours rien.
On se bat, on plaque…..un peu.

Nos adversaires sont rapides et musclées : essai.
Saut et envol de notre numéro 13 entre les poteaux pour tenter de contrer la transformation.
Transformé.

Mi-temps : C’est dur. Très dur.

La tension est là.
Les idées s’emmêlent.
Les paroles s’entrechoquent.
Allez, c’est dans la tête, ça passera.
La tension est toujours là.
L’attention est tournée vers notre capitaine qui nous parle calmement et nous apaise.

« Le match est perdu, alors maintenant, jouons, prenons ce qu’elles nous offrent et travaillons ».

15h50 : Reprise du match

Une des joueuses de l’équipe adverse lance un « On va se les faire, on va les déboîter ». Vu le score, je me serais bien passée de cette remarque. Qui est-elle ? Qui a dit ça, car je vais me la faire. Oh et puis non, je ne préfère pas savoir et choisis de dépenser mon énergie à essayer de jouer à peu près proprement plutôt que de vouloir lui faire manger ses mots.

16h02 : Enième mêlée.

Enième percée de nos adversaires.
Je cours mais rien à faire.
Les poumons me brûlent.
Essai.
On se regroupe dans l’en-but. Numéro 1 se colle à moi. Je la serre dans mes bras. On a bien besoin de se soutenir car on en bave. Il faut dire que ce n’est que notre troisième match.

16h15 : Maul

On porte le ballon. Juste sous mes yeux, je crois reconnaitre les chaussures rouges et noires de notre numéro 8.

FLEXION ! POUSSEZ !

FLEXION ! POUSSEZ !

Le ballon se cale sous mon bras. Quelqu’un va venir le récupérer et pousser derrière.

FLEXION ! POUSSEZ !

Le ballon est toujours là. Quelqu’un va venir le récupérer et pousser derrière.
La ligne d’en-but est sous mes yeux !!!!!! Y’a plus qu’à……
On s’écrase. Le ballon avec.

Il y a eu un avant ? Je ne me souviens plus, c’est allé tellement vite. Mais quoi qu’il en soit l’arbitre siffle !

Essai !!!!

+5 points pour la ruche : on ne conteste pas l’arbitre

16h35 : Le jeu continue

L’arbitre annonce qu’il reste 10 minutes avant la trentième minute de jeu. La blague est drôle mais la fatigue nous empêche de rire.

16h38 : Enième percée de nos adversaires.

A l’autre bout du terrain, une boule de muscle géante fonce vers notre numéro 22, fine et rapide. Un raffut de fou, vol plané de 2 mètres en arrière.
Nos adversaires marquent et transforment.

16h40 : Le jeu continue

Enième mêlée.

16h43 + 30secondes : Dernière mêlée selon notre arbitre blagueur.

16h43 + 60 secondes : Dernière VRAIE mêlée.

16h45 : La fin du match est sifflée. Nos adversaires nous saluent en silence et l’air sérieux.

A notre tour de les saluer : alors chantons et sourions, c’est tellement plus agréable !!!!!

Le vestiaire : 

16h55 : les larmes montent. Bien dégoutée d’en avoir autant bavé à essayer de jouer, à peu près……
Les larmes ne coulent pas. La douche va laver tout cela. Je frotte pour faire partir la terre de mes mains et mes genoux.
La relève est assurée !!!!!!!! La nièce de notre co-équipière prend sa douche avec nous. Ce serait drôle qu’elle fasse pipi sous la douche. En tout cas, moi ça m’amuserait. Et je ne suis pas la seule à le penser.
Le O’scotland : 

17h30 : La bière qui détend. Les discussions qui font du bien.

18h30 : Notre capitaine, boulette d’or en titre me remet l’écharpe.

« Il y avait un en-avant incontestable dans l’en-but ». Mais l’arbitre a toujours raison, alors, chuuuuut.

J+1 après le match :

Robocop a réussi à me détendre le dos, le cou et le cœur.

Le corps est douloureux. Demain, on retourne à l’entrainement, ça fera du bien.

Le prochain match est déjà dans 6 jours ! Comment faire ? C’est comme si c’était demain !

Allez, comme dit notre capitaine : « On lève la tête et on avance, car on va pas se laisser marcher dessus ».

Mardi 25 Octobre, 2h35.

Bonne récupération et à très vite sur le terrain.

Numéro 4.