Ce week-end, le rendez-vous était donné à Arras pour la coupe de France à 7

Quelques adaptations au niveau des règles par rapport  au championnat à 7 de l’an passé : on joue sur grand terrain, les essais sont transformés dans les 40 secondes qui suivent l’essai, là où l’essai a été aplati, les mêlées sont poussées…

On pensait être un peu juste sur le timing… mais pas d’affolements, tout le monde se retrouve tranquillement au club house d’Arras et on cherche les vestiaires des filles ! Le temps pour nous d’entrevoir quelques actions de la demi- finale de la coupe du monde, Australie-Nouvelle Zélande ! Il y a du monde en ce dimanche sur le stade Grimaldi : Les seniors à XV, les seniors à 7 et les féminines  à 7.

groupir

La grande déception de la journée fut notre 1er match du tournoi, à 11h : une défaite contre Roubaix. Bon, on les rencontre dimanche prochain à domicile et il va falloir arranger ça !

Un bel essai tout de même de Débo qui fait suite à un beau soutien et échange de ballon entre Débo et Laté.

pic nic

La matinée s’achève déjà  après ce seul match … Il est l’heure de passer au pic-nic ! On aurait pu ravitailler toutes les équipes présentes ! Quiches, salades de riz, salade de pâtes, muffins au chocolat, gâteau à la noix de coco, marbré au chocolat… comme d’habitude, on ne se laisse pas mourir de faim ! Un grand moment de convivialité, comme les z’abeilles savent le faire !

Déçues par notre prestation du matin, nous avons attaqué l’après-midi dans un tout autre état d’esprit, la rage au ventre. Conscientes du niveau des équipes à jouer (Amiens, Vice-championne de France à 7, Calais et Arras qui jouent en fédérale 2), notre ambition fut d’asseoir une bonne défense.

action

Retour sur le terrain à 14h pour affronter Arras, qui joue à domicile. Avec un coach un peu trop présent vocalement sur le terrain, les arrageoises ont déployé un beau jeu, propre.

Nous avons résisté mais cela ne fut pas suffisant. Score final : 0-28

15h, nous rencontrons « nos meilleurs ennemis », Amiens ! Elles viennent de se faire croquer par Arras… on s’attend à ce qu’elles soient déchainées…Les z’abeilles sont tout de suite bien dans le match et occupent les 22 amiénois. Notre petite coureuse est marquée par Amiens. Nous nous adaptons. Après un beau jeu collectif, Cécile va aplatir le 1er essai de la rencontre, juste à côté des poteaux. Eclat de joie… mais il faut se ressaisir, le match ne fait que commencer et il ne faut pas se déconcentrer. Un deuxième essai de Camille viendra arrêter le score. Il  sera transformé par Cat Cat.score final : 12-0.

C’est la grande satisfaction de la journée : la victoire contre les Vice-championnes de France à 7 !

melee

Dernier match du plateau, contre Calais. Un match sous tension. On avait déjà pu observer leur forte agressivité lors de leurs matchs précédents.  La morsure infligée à une de nos filles a contribué à faire monter la tension d’un cran supplémentaire. Résultat, nous n’avons rien lâché ! Malgré l’énergie dépensée tout au long de la journée, nous trouvons la force de les pourchassés jusqu’au fond de la zone d’en-but pour les empêcher d’aplatir entre les poteaux et rendre ainsi la transformation difficile. Score final : 0-29

Après une journée intensive, direction les vestiaires, qu’on partage avec Amiens. On compte nos bleus, on arrache les straps et hop, à la douche. Le temps de se remettre en état et nous rejoignons le club house… qui s’est déjà vidé. La 3ème mi-temps se fera donc entre z’abeilles !

groupe 1

Les résultats de nos matchs :

LORC/ Roubaix, 5/15

LORC/ Arras, 0/28

LORC/ Amiens, 12-0

LORC/Calais, 0/29

Le classement :

Arras, 12 points,

Calais, 10 points,

Amiens, 6 points + 12 points au goal average

LORC, 6 points + 2 points au goal average

Roubaix, 6 points -14 points au goal average

Merci aux supporters qui nous ont accompagné : on pense particulièrement aux z’abeilles qui sont restées sur le bord du terrain, Rachel et Manon, à Cely et Julie, à la famille de Fanny, ou encore à Pierre Baptiste et XX.

Prochain RDV : dimanche 23 octobre, Stade du Haut Touquet à Marquette lez Lille, pour LORC/Roubaix

On compte sur les seniors pour venir nous encourager !

C’est sous un ciel menaçant, mais qui a cessé de pleuvoir au coup d’envoi, que les z’abeilles ont disputés leur 1er match de la saison et 1er match à XII. Ca y est ! La saison a enfin débutée !

Après avoir gentiment indiqué le stade à quelques joueuses de Villeneuve égarées (bizarrement des rugbywomen, avec de gros sacs, un dimanche en début d’après-midi, à Marquette lez Lille, ça ne passe pas inaperçu !), nous rejoignons le complexe du Haut Touquet, car ce 1er match fut à domicile.

P1070669

Et ce fut pour beaucoup de nouvelles petites z’abeilles un véritable baptême du feu, créateur de quelques petites angoisses ! Les anciennes n’étaient pas en reste, et oui, passer d’un jeu à VII à un jeu à XII nécessite quelques adaptations ! Quoi qu’il en soit, les z’abeilles se sont réunies dans les vestiaires, histoire de sentir ensemble cette envie monter en nous !

prépa1

Bien que quelques z’abeilles soient absentes (il faut dire que les dates de matchs ont été longues à sortir), la feuille de match est complète ! On a même du rabe sur les bords du terrain et dans les gradins ! Ca fait zizir !

melée

L’engagement fut en faveur de Villeneuve. Après quelques actions, une mêlée à proximité de la ligne d’en-but, quelques touches…C’est sur un coup de pied de Villeneuve, et après une petite course à vide vers l’en-but, que Villeneuve aplatit son 1er essai. Un 2ème essai est aplatit en 1ère mi-temps. Les z’abeilles ont mis un peu de temps à organiser leur défense et n’ont pas su se replacer efficacement.

ca pousse

En 2ème mi-temps, « nous n’encaissons qu’un seul essai ». Certes on se prend un 3ème essai mais, vu la proximité de Villeneuve de nos lignes d’en-but durant toutes cette 2nde mi-temps, nous avons su résister et défendre notre territoire. Malheureusement, nous n’écartons pas assez les ballons malgré quelques tentatives.

 

touche

Après ce 1er match, qui ne fut pas seulement un baptême du feu à XII pour les z’abeilles mais aussi un baptême de rugby pour un certain nombre de filles, nous pouvons être fières de nous. Maintenant, nous savons ce que nous avons à travailler pour afficher un score à la hauteur de notre investissement sur le terrain !

Les touches, les mêlées, les coups de pieds, autant de phases de jeu qui viennent enrichir notre palette de jeu et où nous disposons encore d’une certaine marge de progression.

Au final, ni la superficie du terrain (un poil plus petit au VII), ni le chrono de 2 fois 30 minutes (« seulement » 2 fois 7 minutes à VII), n’ont eu raison de notre engagement !  Nous nous sommes données à fond sur le terrain jusqu’à la dernière minute ! Bravo les z’abeilles !

 

the end

Villeneuve a largement dominé dans l’occupation du terrain ce faisant, nous n’encaissons que 3 essais. Ces derniers n’étant pas transformés, nous arrivons au score final de 15-0.

 

On peut saluer la qualité de l’arbitrage (au passage, notons les nombreux plaquages hauts, signalés, et ce des deux côtés), les encouragements de nos supporters qui font chaud au cœur et les cuisiniers et cuisinières du jour ! La troisième mi-temps partagée avec Villeneuve d’Ascq fut plutôt courte, les filles allant rejoindre leur équipe 1ère, défaite à domicile par Montpellier. Après le pot de l’amitié, on est donc reparties les mains pleines de gâteaux ! Mmmmmmmm !

les z'abeilles en civil

Bon rétablissement à Cracotte… on espère retrouver très vite son doux visage d’antan, son nez ayant quelque peu souffert dimanche. (pas de photos, celles ci pouvant heurter la sensibilité de certains! )

gateau rugby

Prochain RDV :

 

Dimanche 16 octobre, à Arras, Coupe de France Seven

 

Dimanche 23 octobre, à domicile, contre Roubaix

Une maman à sa fille et à toutes les autres filles

Au commencement, il y eut la danse. Puis très vite l’équitation qui fut une vraie passion. Mais vinrent les études, les révisions, le manque de temps… Un jour cependant, par obligation et surtout par manque d’action, elle a cherché à pratiquer, j’ai pensé gymnastique ou course à pied.

Mais brutalement et après quelques essais c’est pour le rugby qu’elle s’est décidée.

 

Avec un mari rugbyman, j’avoue avoir été fan, non pas des oreilles décollées et des masses exhibées mais du fairplay associé à une belle virilité.

Avec un fils tombé dans l’ovalie quand il était petit, j’ai rencontré tous les centres de radiologie et me fais tous les jours autant de soucis.

Alors quand elle m’a annoncée son intention d’être le 3ème membre de la famille à jouer au ballon ovale, j’ai pensé bizarrerie, passage, absence de féminité et même vulgarité…

Les semaines ont défilé et j’ai espéré qu’une autre passion allait naitre, c’était mal la connaitre !!

Le manque de joueuses, les horaires tardifs, les intempéries, les courbatures… rien n’y a fait !!

Alors j’ai craqué et assisté à un match : Au prime abord, un coq rassemblant sous ses ailes conseillères et protectrices dans sa basse-cour.

En fait, une équipe féminine armée de crampons, de shorts ultra anti sexy, d’armures…

Des mecs en résumé me direz vous ! Ah j’allais oublier les protèges-dents, les mêmes casques que les Dusautoir ou les Bonnaire sur le terrain, les empoignades (peut être plus vicieuses car  après tout ce sont des filles…) lors des mêlées…

Les équipements qui puent la sueur, les chaussettes pleines de boues, de sable, de… et enfin les griffures, les yeux au beurre noir, les épaules démises, les vertèbres croquées, les entorses, les ongles arrachées, les cheveux en mains et j’en passe…

Un sport, un vrai dont on n’est jamais sur de sortir indemne et elle y retourne !

3 ans que cela dure !

Qu’à la maison lors de retransmissions de matchs à la télé, les hurlements, les piétinements multipliés par 3 endurés !…

 

Aujourd’hui, après avoir pensé et même souhaité que ma fille ne tiendrait pas, j’ai compris ce que voulait dire amour du rugby. C’est avant tout une équipe, un groupe de filles, de femmes, qui par le rugby oublient leurs soucis et comme les doigts de la main, elles se retrouvent unies, lorsqu’elles sont d’une humeur de choc passent un moment au TirNaNog.

Si jamais il vous arrivait de croiser ces filles là dans la rue, à moins qu’elles ne déambulent en short et en crampons, vous aurez certaines difficultés à deviner que le rugby est leur  sport préféré.

Il m’est arrivé d’en croiser, de discuter avec elles, de les observer et aujourd’hui, je ne pense plus vulgarité ou absence de féminité, je ne dis plus l’ovalie m’a tant pris.

J’ai toujours une grosse boule, bien ronde celle là, à l’estomac lors des matchs mais aujourd’hui, je suis ravie car j’ai enfin compris pourquoi ma fille a l’amour du rugby…